La puissance des ouragans et des tornades

Category: vie quotidienne 2

Un ouragan est un cyclone tropical, c’est-à-dire une zone de basse pression (pression atmosphérique inférieure à 1013 hPa), où se rencontrent des vents soufflant dans le même sens.

La vitesse du vent peut aller jusqu’à plus de 300 km/h.

Les ouragans sont classés en 5 catégories : 1, 2, 3, 4 et 5.

Les ouragans les plus puissants sont classés en 5.

L’ouragan Katrina fait partie des cyclones les plus destructeurs ayant frappé les États-Unis.

Il a dévasté la Nouvelle-Orléans et causé la mort de plus de 1800 personnes.

La puissance des ouragans et des tornades

Origine et définition d’un ouragan

L’origine des tempêtes les plus dévastatrices est encore inconnue.

Les experts ne sont pas vraiment d’accord sur la question. Certains pensent que c’est l’activité humaine qui engendre les ouragans, alors que d’autres affirment que ces phénomènes climatiques sont dus au réchauffement climatique. Dans tout les cas, il faut savoir que lorsqu’un ouragan se forme, cela prend du temps et nécessite de nombreux ingrédients pour arriver à sa formation.

L’ouragan Irma en est un exemple parfait.

Il a fallu plusieurs jours avant qu’il ne se transforme en typhon tropical, puis en tempête dévastatrice. Pour donner une idée de son évolution, notons qu’il a été classé comme un cyclone catégorie 5 sur l’échelle Saffir-Simpson (de 1 à 5) et qu’il a atteint le stade de super typhon de catégorie 5 à 6 avant d’être considérablement ralenti par la barrière océanique vers le sud des Caraïbes.

Le moteur principal des ouragans est souvent la différence entre la chaleur et l’humidité à proximité du sol, ce qui crée une instabilité de masse d’air appelée « zone orageuse » autour du centre du système nuageux. Cette zone orageuse peut être déplacée par une perturbation venue de l’Atlantique ou bien par une perturbation venant du Pacifique Nord-ouest (une sorte d’effet boomerang).

Les différentes étapes de formation d’un ouragan

La formation d’un ouragan nécessite plusieurs étapes. En effet, l’ouragan se forme à partir de nuages orageux qui peuvent prendre différentes formes.

Il est possible de distinguer les cumulonimbus et les cumulonimbus convectifs (c’est-à-dire des cellules orageuses qui sont très actives).

Les premiers ont une structure verticale alors que les seconds présentent une structure horizontale.

Les cumulonimbus se forment par le développement d’une colonne d’air chaud et humide provenant du sol ou du fond de la mer. Des courants ascendants se mettent en place au fur et à mesure que l’air chaud monte vers le haut, créant ainsi un système qui favorise la condensation de la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère ambiante. Ce phénomène peut être accru par des vents provenant de secteurs opposés, ce qui provoque le déplacement horizontal des masses d’air chaud et humide.

Lorsque cette masse atteint un certain niveau de pression, elle prend sa forme propre : une colonne arrondie composée d’un centre froid et humide et d’une couche externe chaude. Cette couche externe est appelée « stratocumulus », car elle constitue une sorte de strate générale dont la base est froide tandis que le sommet est chaud.

La couche intermédiaire appelée « stratus » représente quant à elle une autre strate supérieure plus froide que la zone inférieure qui correspond au centre froid du stratocumulus. Ainsi, lorsque ces trois parties sont bien distinctes on peut dire qu’il y a formation du cumulonimbus convectif.

Les ouragans les plus destructeurs de l’histoire

Dans le monde, les cyclones sont responsables de plusieurs centaines de milliers de morts chaque année.

Les ouragans tropicaux ont été particulièrement meurtriers en 2005. En effet, on dénombre plus de 1 200 décès au cours des seuls mois d’octobre et novembre 2005.

La saison des cyclones est donc très meurtrière et ce, malgré l’avènement du réchauffement climatique.

Lorsqu’un cyclone frappe un territoire, il provoque la destruction totale ou partielle d’une ville ou d’un village.

La population peut être anéantie par une tempête violente et destructrice.

Lorsqu’un ouragan s’abat sur une zone côtière, les dégâts matériels sont souvent considérables car la houle peut submerger tout ce qui se trouve à proximité du rivage.

Les cyclones tropicaux ne représentent pas uniquement un danger pour les personnes et les biens matériels, ils constituent également une menace pour les infrastructures, notamment lorsqu’ils touchent une grande ville comme New York ou Tokyo. Cependant, quelle est l’origine des cyclones? Le réchauffement climatique n’est pas la cause unique des phénomènes météorologiques violents que sont les ouragans puisqu’il existe aussi des épisodes « normaux » qui ont lieu chaque année aux pôles Nord et Sud.

  • La formation des cyclones
  • Les paramètres physiques

Les critères pour classer les ouragans

Pour classer un ouragan, différents critères sont pris en compte. Tout d’abord, les météorologues utilisent des paramètres qui permettent de mesurer l’intensité du phénomène cyclonique. Ces derniers peuvent être la pression atmosphérique au niveau de la mer, le diamètre de l’œil du cyclone ou encore le vent.

La pression atmosphérique est un indicateur important pour évaluer la force d’un ouragan. Plus elle est élevée, plus l’ouragan sera intense et fort. Un œil de diamètre modéré se situe entre 1 à 6 km et un œil large de 8 à 12 km.

Le vent a une grande importance pour classer les phénomènes climatiques extrêmes : si sa vitesse dépasse 178 km/h pendant 10 minutes consécutives alors on parlera d’un typhon, si cette même vitesse est supérieure à 207 km/h pendant 30 secondes continues alors il s’agira d’une tempête tropicale et enfin si ce record est atteint durant 1 minute alors on parlera d’un ouragan majeur. Selon le type de cyclone (typhon ou tempête), ces records ne seront pas valables.

  • Les ouragans
  • Les typhons

Les tornades : définition et formation

La tornade est un phénomène atmosphérique caractérisé par des vents tourbillonnant à très grande vitesse. Un tel courant d’air peut provoquer de nombreux dégâts, notamment sur les toitures et les arbres.

Les tornades se forment lorsque le vent circule rapidement au-dessus d’une zone humide ou sèche.

La formation de ces courants d’air est alors due aux différences de températures entre les couches atmosphériques supérieures et inférieures.

Les différents types de tornades

Les tornades peuvent être classées en fonction de leur intensité. Selon cette classification, on distingue les tornades EF1 (faible), EF2 (modérée) et EF3 (intense).

Les tornades de forte intensité sont rares, elles représentent moins de 1% du total des phénomènes orageux.

Les tornades se déclenchent lorsque la différence entre la température au sol et la température de l’air est supérieure à 30°C. Elles sont associées à une faible humidité dans l’air, ce qui favorise leur formation. Pour qu’une tornade puisse se développer il faut que les conditions météorologiques soient réunies : -Une différence importante entre la température du sol et celle de l’air -Un air sec -Une masse d’air instable -Un courant ascendant La formation d’une tornade nécessite aussi un champ électrique très intense provenant du nuage orageux. Cela provoque un échauffement localisé qui entraîne la rotation des particules atmosphériques autour du point chaud. Ce phénomène génère alors une colonne ascendante dont les vents vont accroître encore plus l’instabilité de l’atmosphère au-dessus du point chaud, créant ainsi une circulation tourbillonnaire extrêmement rapide et violente.

Les tornades les plus destructrices de l’histoire

Les tornades ont la particularité d’avoir une trajectoire précise. Elles suivent généralement le parcours que leur tracé a emprunté à l’origine. Cependant, il est possible de rencontrer des tornades qui se déplacent différemment. Ces phénomènes météorologiques peuvent être plus ou moins destructeurs et plus ou moins rapides. De nombreuses tornades ont été répertoriées dans les annales historiques, notamment celles qui se sont produites aux États-Unis.

Il est également possible de citer les tornades qui ont frappé la France en 1999 et en 2013.

  • Tornade à Toulouse
  • Tornade à Strasbourg
  • Tornade à Carcassonne

Comment se protéger d’un ouragan ou d’une tornade ?

Il existe trois types de tornades : les tornades classiques, les tornades de type supercellulaire et les micro-tornades.

Il est important de savoir reconnaître la formation d’une tornade, car cela peut vous sauver la vie.

Les tempêtes sont souvent accompagnées d’un vent violent et de fortes pluies. Elles peuvent endommager des biens matériels, comme des arbres ou des maisons, ce qui constitue un danger pour la population environnante.

Il faut savoir qu’il n’existe aucun moyen précis permettant de prédire une tornade ou lorsque celle-ci se formera. Toutefois, il existe quelques signes annonciateurs qui doivent inciter à prendre certaines mesures afin de limiter le risque encouru par la population en cas d’ouragan ou d’une tornade. C’est notamment le cas lorsque vous observez une accumulation anormale du vent sur une petite zone pendant plusieurs minutes ; lorsque vous entendez des grondements sourds et que le tonnerre se fait entendre ; lorsqu’une rotation rapide du vent est observée au-dessus d’une zone particulière ; ou encore lorsqu’un nuage tourbillonnant apparait dans le ciel et que son diamètre ne dépasse pas un kilomètre.

L’apparition de tels phénomènes doit être considérée comme un avertissement susceptible d’indiquer la formation prochaine d’une tornade à venir. Par conséquent, il est recommandé aux personnes habitant à proximité du lieu concerné par cette activité météorologique extrême de prendre les mesures appropriées pour se protéger contre les effets destructeurs engendrés par celle-ci.

Il y a plusieurs sortes de tornades. Les tornades supercellulaires sont les plus dangereuses. Elles peuvent être particulièrement violentes, dévaster des régions entières et peuvent laisser derrière elles des paysages très dévastés. Les tornades classiques sont beaucoup moins puissantes mais peuvent tout de même être destructrices.

Related Articles